Luménia – Les vidéos d’un beau moment …

L’aboutissement d’une expérience forte …

Luménia 4Samedi 11 mars, les derniers accords de la comédie musicale marquaient l’aboutissement d’un travail long, parfois compliqué, monté avec peu de moyens, mais porté par le merveilleux enthousiasme de ces jeunes élèves artistes et des professionnels qui les encadraient. Cette comédie musicale, spécialement écrite pour eux, leur a donné la possibilité de vivre un moment Luménia 8rare dans la vie d’un étudiant d’un établissement d’enseignement artistique, et ils ont su saisir l’opportunité qui leur été offerte, en s’emparant de ce spectacle et en donnant tout ce qu’ils avaient au fond d’eux pour en faire un beau spectacle.

Belle gageure collective

Luménia 14Belle gageure donc, surtout quand on sait qu’il y avait près de deux heures de spectacle à construire et que sur le plateau, à l’exception d’une personne, tous les autres (danseuses et chanteurs-chanteuses) n’étaient pas comédiens et découvraient quasi pour la toute première fois le travail de cette discipline. Belle gageure également pour les musiciennes et musiciens de l’orchestre qui devaient interpréter vingt-six musiquesLuménia 6 (chansons et musiques instrumentales) dans des genres et des styles particulièrement variés et parfois éloignés de ce qu’ils jouent habituellement.

Remerciements particuliers

Remerciements particuliers à toute l’équipe de l’Office Municipal de la Culture et des Loisirs de Meximieux, qui a accueilli la troupe d’une manière particulièrement chaleureuse et qui a ainsi contribué à faire de ce moment, un moment exceptionnel.

Luménia 1
La troupe

Les vidéos

Vidéo de la création – Samedi 11 mars 2017

 

Vidéo de l’avant-première – Vendredi 10 mars 2017 – Réalisation par François Ribière

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Photos David Brahim

 

 

Publicités

Siaska Chareyre – Balaïta un des membres du gang des Kobras

Siaska 4Rencontre avec Siaska Chareyre, danseuse-comédienne, qui a été Balaïta, l’un des membres du gang des Kobras.

Bonjour, peux-tu parler de toi et de ton parcours dans la discipline ?
Bonjour je m’appelle Siaska Chareyre, j’ai 18 ans, et étant originaire de Haïti je suis arrivée en France à l’âge de 6 ans. Un an plus tard je découvrais la danse, le modern’ jazz très exactement, dans l’école de ma commune, et cela m’a plu immédiatement. Mais je dirai que j’ai eu le véritable déclic quelques années plus tard, lorsque j’ai découvert le hip hop et la danse classique. La combinaison de ces trois styles de danse relativement différents m’a permis d’élargir ma technique et m’a donné surtout l’envie de faire mon métier dans la cette discipline. J’ai par la suite dû arrêter le hip hop, et j’ai quelque peu abandonné une partie de mon projet en danse, mais cependant depuis que je suis au Conservatoire de Lyon où je pratique la danse contemporaine et la danse classique, ce que je souhaite plus que jamais, c’est devenir danseuse professionnelle.

On peut y faire passer tellement d’émotions, d’intentions

Siaska 2Qu’est ce qui t’a attirée dans cette discipline ?
J’aime dans la danse la possibilité que l’on a de pouvoir être à la fois créateur et interprète des chorégraphies. Et comme diront beaucoup de danseurs, si ce n’est tous, la danse est une autre forme d’expression, et cela reflète parfaitement ce que je ressens. On peut y faire passer tellement d’émotions, d’intentions, ne serait-ce que dans la simple façon de bouger la tête, un bras ou une épaule. Danser est l’une des rares choses qui me donne l’envie réelle de me surpasser.

Le théâtre demande en plus de donner de sa voix, il ne faut pas avoir peur “d’y aller”

Siaska 3Avais tu déjà joué dans une comédie musicale ou un spectacle associant musique, théâtre et/ou danse ?
J’ai eu la chance dans mon ancienne école de danse de participer à plusieurs projets mêlant musique et danse. Je trouvais ça déjà fantastique, car la musique d’un véritable orchestre apporte une ambiance totalement différente, plus émouvante et plus puissante. Mais c’est la toute première fois que je suis amenée à associer la musique, le théâtre et la danse. C’est pour moi un challenge en même temps qu’une superbe expérience. Car même si lors de représentations en danse on est forcément amenés à donner de sa personne au public, le théâtre demande en plus de donner de sa voix, il ne faut pas avoir peur “d’y aller”.

Peux-tu parler de ton rôle dans la comédie musicale ?
Dans la comédie musicale, je joue le personnage de Balaïta, une jeune fille des rues membre du gang des Kobras. Balaïta est un personnage assez raisonnable, dont le caractère posé se rapproche de celui de Bullata. Mais bien que raisonnable elle n’hésite pas à s’affirmer lorsque la famille très soudée que forme son groupe se trouve en mauvaise posture ou quand il faut montrer sa force dans un milieu où la faiblesse n’a pas sa place. Je crois que Balaïta est le personnage dont le caractère se rapproche le plus du mien, ce qui me permet de le jouer en apportant une partie de ma propre personnalité.

Siaska 1Que peux-tu nous dire sur le spectacle Luménia ?
Je dirais que c’est un spectacle plein d’humour, plein d’énergie et d’ambiances différentes dans lesquelles on se trouve plongés, grâce aux différents styles musicaux et chorégraphiques présents. De plus l’association de la musique du théâtre et de la danse nous a permis, à nous participants, d’expérimenter, pour certain, des disciplines qui n’étaient pas forcément les nôtres au départ, et ainsi d’enrichir notre approche de la scène. Ça a été pour moi un réel plaisir d’y prendre part !
[Interview post-création]
Photos: Pascale Canard-Volland

 

Mariu Boina – Le Prince de Luménia

Marius 5Rencontre avec Marius Boina, élève du Centre de la Voix Rhône-Alpes, qui jouera sur scène le personnage du Prince

Bonjour Marius , peux-tu parler un peu de toi et de ton parcours dans ta discipline ?
Bonjour, je m’appelle Marius Boina, j’ai 16 ans. Petit, j’étais attiré par les spectacles vivants et le foot que j’ai pratiqué pendant 11 ans. En février 2015, lors d’un voyage familial à Paris, nous sommes allés voir la comédie musicale MADIBA qui m’a subjugué et qui a été un déclencheur dans mon envie de vivre l’aventure comédie musicale. En rentrant sur Lyon, mes parents m’ont inscrit au Centre de la Voix Rhône-Alpes (CVRA) où j’ai commencé par des cours particuliers. Puis j’ai intégré le chœur d’ado en septembre 2016 et le rôle du Prince pour Luménia m’a été proposé.

Spectateur d’une comédie musicale, j’ai le sentiment de me reconnaître dans la joie et le dynamisme qui se dégagent des comédiens

Marius 2Qu’est ce qui t’a attirée dans cette discipline ?
Au départ, pour moi le chant était un moyen de participer à une comédie musicale. Puis j’ai découvert que le chant est une véritable discipline. Quand je chante je deviens une autre personne. Depuis que je fais du chant je me sens plus en confiance et mon entourage me le fait remarquer. J’aime découvrir ce que je peux faire avec ma voix. Je découvre aussi les techniques respiratoires et ce qui me permet de mieux connaître mon corps. J’ai du plaisir a me produire en public même si je stresse beaucoup. Quand je suis spectateur d’une comédie musicale, j’ai le sentiment de me reconnaître dans la joie et le dynamisme qui se dégagent des comédiens, et à mon tour je veux pouvoir monter sur scène pour partager mon énergie avec le public en racontant une histoire dans le chant et dans la danse.

Avais-tu déjà joué dans une comédie musicale ou un spectacle associant musique , théâtre et/ou danse ?
Quand j’étais à l’école primaire, j’ai participé à une classe de cirque. Je garde un très bon souvenir de ma participation au spectacle qui concluait cette classe. Mais ce fut la seule expérience de ce type que j’ai pu vivre jusqu’à ce jour.

Marius 3Peux tu parler de ton rôle dans la comédie musicale ?
Je suis le Prince Al-Marahni. Je suis un jeune homme d’affaires qui tombe amoureux d’une jeune femme croisée dans la rue. Je découvre par la suite que Luménia est la fille de l’homme avec qui je suis en affaires et qui m’a toujours impressionné. Je me rapproche de cet homme pour avoir des nouvelles de sa fille et, l’histoire continue….

J’ai pris plaisir à m’investir dans cette aventure

Marius 4Que dirais-tu pour donner envie de voir ce spectacle ?
Luménia est une adaptation actualisée de Blanche-Neige. Luménia est interprétée par un groupe de jeunes issus du Conservatoire de Lyon et du CVRA. J’ai pris plaisir à m’investir dans cette aventure dans la perspective de présenter Luménia devant un public avec tous mes camarades. Nous avons été encadrés par des professionnels du spectacle qui m’ont beaucoup appris pendant ces 6 derniers mois. Et, j’espère rendre hommage à leur travail samedi soir.

Photos: Pascale Canard-Volland

Adrien Hannequin – Le Père de Luménia

adrien-3Rencontre avec Adrien Hannequin, élève du Centre de la Voix Rhône-Alpes, qui jouera sur scène le personnage du Père de Luménia

Bonjour Adrien, peux-tu parler un peu de toi et de ton parcours dans la discipline ?
Bonjour, je m’appelle Adrien Hannequin, j’ai 17 ans et je suis en Terminale S à la cité scolaire internationale de Lyon. J’ai vécu 8 ans à l’étranger, notamment à Singapour où j’ai commencé à chanter dans la chorale du Lycée français. A mon retour en France, je suis entré dans une école spécialisée dans le rock où je prenais des cours de chant mais ce n’était pas suffisamment technique alors j’ai continué avec des cours particuliers et ensuite j’ai rejoint le Centre de la voix Rhône-Alpes(CVRA). J’y ai trouvé depuis 3 ans une pratique de groupe vraiment stimulante et une pratique individuelle lyrique avec de très bons professionnels.

Si tout pouvait se chanter, y compris les oraux du bac ce serait super

adrien-2Qu’est-ce qui t’a attiré dans cette discipline ?
J’ai toujours vécu dans un environnement musical avec des parents et des frères et sœurs musiciens, notamment mon père qui était professeur de musique et en particulier  le mien du CE2 au CM2. Comme il y avait toujours de la musique à la maison, j’ai essayé différents instruments : le piano, le saxo, etc. Mais finalement, ma voie, c’était la voix. Le chant est un autre moyen de s’exprimer et j’y suis plus à l’aise qu’à l’oral. Si tout pouvait se chanter, y compris les oraux du bac ce serait super.

Ce que j’aime, c’est rencontrer d’autres personnes passionnées par des domaines artistiques

Avais-tu déjà joué dans une comédie musicale ou un spectacle associant musique, théâtre et/ou danse ?
Oui, avec le CVRA, j’ai participé à des productions musicales un peu théâtralisées et mises en scène : West Side Story  et Didon et Enée de Purcell. Cependant, c’était moins poussé que ce que nous préparons avec Luménia. Ce que j’aime, c’est rencontrer d’autres personnes passionnées par des domaines artistiques différents et découvrir pour moi-même, des activités comme la danse que je ne pratiquais pas.

adrien-4Peux-tu parler de ton rôle dans la comédie musicale ?
Je joue le rôle du Père de Luménia. A première vue, on peut croire qu’il est naïf mais lorsque l’on parle d’affaires, c’est lui le boss. Pourtant, il se fait manipuler par sa nouvelle femme, peut-être parce qu’il l’aime et que l’amour rend aveugle ?… J’aime bien jouer ce personnage qui est à la fois crédule mais aussi sûr de lui. La scène de duo où la Belle-Mère manipule son esprit par ses mots et manigance dans son dos est l’une de mes préférées, même s’il a l’air d’un idiot.

C’est un spectacle très varié où les genres musicaux se mélangent

Que dirais-tu pour donner envie de voir ce spectacle ?
C’est un spectacle très varié où les genres musicaux se mélangent, du rock en passant par le reggae, la pop, ou le jazz. C’est aussi un spectacle vivant et une création originale qui réunit des élèves de multiples horizons, un melting pot musical. Je suis très fier d’y participer et nous vous attendons tous le 11 mars !

Photos: Pascale Canard-Volland

Marguerite Buxtorf – Bullata une des sept Kobras danseuse comédienne

Rencontre avec Marguerite Buxtorf, danseuse-comédienne, qui sera sur scène Bullata, l’un des sept Kobras.marguerite-1

Bonjour Marguerite, peut-tu parler un peu de toi et de ton parcours dans ta discipline?
Je m’appelle Marguerite Buxtorf, j’ai 16 ans et je fais de la danse depuis l’âge de 4 ans. C’est en passant par hasard devant un cours de danse classique que j’ai voulu commencer à danser. J’ai alors pris mon premier cours à Moscou où j’ai vécu pendant 5 ans et c’est tout naturellement en arrivant à Lyon que j’ai poursuivi cette discipline en y ajoutant la Danse de Caractère. Je suis au conservatoire, depuis l’âge de 12 ans, en danse classique et j’ai commencé cette année la danse contemporaine .

Danser me permet de m’exprimer artistiquement et sportivement

marguerite-5Qu’est ce qui t’a attiré dans cette discipline?
J’ai plutôt le sentiment que ça a été comme un coup de foudre. Et comme tous les coups de foudre il n’y a pas d’explications rationnelles. Mais je sais surtout pourquoi j’ai continué. C’est parce que danser me permet de m’exprimer artistiquement et sportivement. Ce sont ces deux dimensions, art et sport, qui pour moi font tout son charme. La rigueur liée à cet esprit de perfectionnement technique et artistique rendent cette discipline captivante et font que quand je danse je me donne complètement. Et en plus, j’aime la scène!

Je trouve très motivant de jouer un personnage qui alterne le jeu théâtral et la danse

marguerite-4Avais-tu déjà joué dans une comédie musicale ou un spectacle associant musique, théâtre et/ou danse?
Pour moi c’est une première. J’ai déjà dansé dans de nombreux spectacles, mais associer la danse au théâtre dans le cadre d’un spectacle ça je ne l’ai jamais fait. Cependant la Danse de Caractère, que je pratique en parallèle, a un aspect très expressif et théâtral qui m’apporte beaucoup dans ce spectacle. Je trouve très motivant de jouer un personnage qui alterne le jeu théâtral et la danse avec parfois des moments de théâtre plus long que ceux de la danse. Ça nous offre la possibilité de pleinement nous approprier sa personnalité.

Peux tu parler de ton rôle dans la comédie musicale?
Je joue et danse Bullata, une ado des rues qui fait partis du gang Kobras. Elle a un caractère méfiant et elle est aussi un peu donneuse de leçon, mais elle est quand même très sympa. Les Kobras sont un groupe d’enfants et d’ados qui ont la particularité de se chamailler souvent entre eux. Mais ils restent quand même très soudés et ils s’amusent et dansent exactement comme nous le faisons pendant nos répétitions.

marguerite-6Que dirais tu pour donner envie de voir le spectacle?
Cette comédie musicale revisite le conte de Blanche Neige en le modernisant. Elle se déroule à notre époque et les personnages sont complètement actuels, comme les nains par exemple qui sont remplacés par des gamins de rue. De plus c’est un spectacle qui réunit le chant, la musique, la danse et le théâtre, et il est entièrement interprété par des jeunes qui n’ont qu’une seule envie: donner le meilleur d’eux mêmes.

Promenons nous dans l’Orchestre …

L’Ensemble Latinal – L’autre personnage de la comédie musicale

Ce qui caractérise l’Ensemble Latinal c’est qu’il n’est pas conventionnel. Sous une apparence à première vue de petit orchestre symphonique, il est dans les faits un ensemble caméléon qui se métamorphose au gré des styles et genres demandés. Il devient ainsi un personnage invisible qui épouse l’évolution de l’histoire et influe sur la perception que l’on peut avoir des différents protagonistes.
Découvrez, avec ce diaporama, quelques uns des visages de ces jeunes musiciens plein de talent.
Photos: Pascale Canard-Volland

Ce diaporama nécessite JavaScript.